Commerce électronique en vrac

 

En vrac question commerce électronique, quelques trucs abérrants qui m’ont frappés sur divers sites web au cours des derniers jours.

Alors, c’est en ligne ou pas?

Je veux renouveler mon abonnement au journal Globe and Mail. La lettre papier me dit que je peux le faire en ligne. Super! Je me connecte à mon compte, clique « renouveler mon abonnement » et on me dit d’appeler au service à la clientèle. Ha bon? Je vérifie les autres sections (changement d’adresse, suspension de la livraison, problème de livraison, gestion du paiement…) Toujours le même « Veuillez appeler notre service à la clientèle pour mieux vous servir. »… duh!

Morale de l’histoire : Si vous voulez mieux me servir, permettez ces actions en ligne. Je déteste faire un appel à Toronto seulement pour changer une adresse.

Lire la suite de «Commerce électronique en vrac»

Map des boîtes web à Québec

Heri de Montreal Techwatch a eu la très bonne idée de faire une map des entreprises technos de Montréal. Je me dis qu’il y a sûrement assez contenu dans notre belle ville de Québec pour faire la même chose.

Pour ce faire, j’aurais donc besoin de votre aide pour rafraîchir ma petite mémoire. Quelles sont les entreprises et startups qui oeuvrent dans le web à Québec? Boîte de conception web, entreprises pure play, boites de services Internet… En somme, toute entreprise qui n’aurait pas de raison d’être si Internet n’existait pas. Et s’il y a des VC ou autres investisseurs, ça serait intéressant de les placer.

Samuel avait déjà fait un exercice pour les startups. J’ose croire qu’on dépasse la vingtaine de boîtes web à Québec?

Ce qui me vient rapidement à l’idée :

DuProprio
iXmedia
Filteris
Poly9
MonAvis.ca
Waka.ca
Percute Technologies
Zengo
Wanted Technologies
Oricom Internet
Mediom Internet

Quelles sont les autres entreprises web de Québec?

Web analytique : Un job d’analyste web près de chez vous?

Le job d’analyste web devient de plus en plus populaire. Pour ma part, j’ai créé mon propre emploi, mais sinon il y a un nombre grandissant d’entreprise sur la planète qui recherchent du talent en analyse web.

Il faut mentionner que c’est un métier relativement nouveau, mais qui a beaucoup d’avenir à mon avis. La bonne nouvelle, c’est le vent de changement qui démontre l’intérêt des entreprises envers le web analytique.

Qu’est-ce que le web analytique?

Le web analytique est la mesure, l’analyse, l’interprétation et la présentation de vos données Internet dans le but de comprendre et d’optimiser l’utilisation de votre site Web. Le web analytique est là pour aider l’entreprise à réaliser ses objectifs. Le spécialiste du web analytique est un analyste web.

Lire la suite de «Web analytique : Un job d’analyste web près de chez vous?»

MancheCourte.com, c’est en ligne!

Enfin, depuis de le temps qu’on veut lancer ça. Plus d’un an en fait. Ça remonte à nos podcasts de Clinquement Chill ou une de ces soirées de boisson si je ne me trompe pas. Mais bon, voilà que notre shop de t-shirts est lancée : MancheCourte.com

Quoi, une shop de T-Shirt? C’est pas débile comme idée ça?

Oui. On n’a rien inventé non plus. Et il faut dire que l’on s’est inspiré beaucoup du succès de Lafraise. Mais au Québec, il ne se passe rien de ce côté. C’est le calme plat puis on ne trouve rien à notre goût. Commander chez LaFraise à partir du Québec? On se tape la gueule sur des problèmes de livraison et des raisons insignifiantes… duh! Internet est un marché global, non? Global mon oeil si on ne peut pas se faire livrer un T-Shirt au Québec.

Et c’est quoi votre concept au juste?

Bien, disons que c’est 3 potes qui bloguent (lui, lui et moi), qui chillent un max et qui ont besoin de T-Shirt. 2+2=5 alors on se fait un blogue où l’on vend des T-Shirts? Excellente idée! En plus que l’on a un chômeur à notre service pour tout monter alors que moi et Mo glandons un max, prétextant un surplus de job.

Alors on veut sortir un nouveau T-Shirt sur une base régulière, en quantité limitée parce qu’on ne veut pas que tout le Québec porte nos T-Shirts quand même! Vos idées et concepts sont les bienvenus.

Pis si ça marche pas?

Bah, c’est une entreprise sans prétention que l’on fait pour s’amuser. Puis pour le peu que l’on risque… Le pire qui peut arriver est qu’on reste pogné avec une batch de t-shirts. Dans ce cas, les cadeaux de noël des enfants seront déjà achetés pour les prochaines années…

Pis si ça marche?

Ça veut dire que j’aurai des T-Shirts à mon goût pendant un bon moment. On est jamais si bien servi que par soi-même, non? Mais si ça marche vraiment, je fais une édition spéciale avec ma tronche et mes deux pouces. Ça fera un tabac, j’en suis certain!

Bref, comme pour tout lancement de projet, on est fébrile et on sent qu’on aura du fun à bloguer dans une ambiance décontractée. Vos critiques, commentaires, fleurs et pots sont appréciés. Sans oublier vos achats de T-Shirts! 😉

UPDATE:

Suite au questionnement de plusieurs, Chris me confirme qu’on livre bel et bien en France. Avis aux intéressés!

Et la pénétration là dedans?

 

Je me rappelle au début des années 2000, le web était surtout une question de grandeur. On parlait de marché illimité, sans frontière, de milliards de clients potentiels, d’occasions infinies, etc. En d’autres mots, c’est un modèle horizontal, très large. Think Global qu’ils disaient.

Et si l’inverse fonctionnait aussi? C’est-à-dire très localisé, vertical, en essayant de pénétrer un petit marché en profondeur plutôt qu’en surface? Plusieurs se sont cassés les dents en voyant trop grand. Think local qu’ils auraient dû se dire.

En fait, ça fonctionne déjà et je n’invente rien ici. Prenons l’exemple de petits portails régionaux qui semblent ridicules vis-à-vis les grands portails nationaux et mondiaux. Pourtant, plusieurs arrivent à tirer des revenus et profits très intéressants qui, toutes proportions gardées, n’ont rien à envier aux plus gros.

Lire la suite de «Et la pénétration là dedans?»

Vendre ses réservations au resto

Vous avez une réservation au resto le plus branché du coin? Pourquoi ne pas la vendre avec un beau profit et manger des ailes de poulet? Il y a de ces trucs qui peuvent me paraître insensés dans un petit marché comme ma belle ville de Québec. Mais dans un coin comme New-York, Paris et même Montréal, ce sont des opportunités bien réelles.

C’est ce que le site TableXchange propose ni plus ni moins : vendre ses réservations dans les restos les plus exclusifs de New-York. Si l’on peut revendre des billets de spectacles ou d’un match de sports, pourquoi pas des réservations au restaurant? Mais contrairement aux deux premiers, c’est mal vu de traîner aux portes du resto et demander aux passants s’ils veulent acheter une réservation… Des scalpers de réservations quoi.

Lire la suite de «Vendre ses réservations au resto»

5 façons de retenir un acheteur potentiel

 

Des fois, on dirait que des entreprises en ligne ne veulent pas de moi comme client. C’est tellement compliqué de passer à travers tout le processus d’achat (quand il y en a un!?) que c’est plus simple de laisser tomber et d’aller voir ailleurs.

Ce n’est probablement pas de mauvaise foi, mais plutôt parce que ces entreprises sont mal conseillées. C’est-à-dire qu’ils font affaire avec des boîtes de design web qui n’ont aucun talent et/ou intérêt en affaires électroniques. C’est beau, on se fout que ça soit fonctionnel quoi!

En bout de ligne, l’entreprise oublie que le site web est là pour supporter ses objectifs d’affaires. Soit vendre, soit communiquer, soit servir, etc. Après tout, le site web vient souvent foutre le bordel dans la stratégie des gestionnaires alors que ça n’apporte qu’un faible pourcentage des revenus. Et encore…

Au lieu de pelleter le tout en dessous du tapis, quelques petits trucs forts simples peuvent permettre d’augmenter le rendement du site web.

Lire la suite de «5 façons de retenir un acheteur potentiel»

Au diable le web 2.0. Passons au m-commerce!

Ça fait déjà un bout que je pense que le m-commerce (commerce mobile) est la prochaine étape du développement du web. Qui dit « next big thing » dit « c’est le temps de placer ses pions pour faire un max de blé ».

Maintenant, il semble de plus en plus probable que Google entre dans la partie. Et si Google entre dans la partie, c’est sûrement une question de gros sous. Son modèle? Offrir les branchements cellulaires gratos, financé par la pub. Du vrai Google comme on le connaît.

Attention, il ne s’agit pas du modèle d’abonnement gratuit financé par la pub comme nous avons connu en 2000. Non, Google fait les choses mieux que ça en intégrant son expertise de recherche et de ciblage pour donner les bonnes pubs aux bonnes personnes. Autrement dit, pas question d’envoyer des pubs aléatoires ennuyantes, mais bien de nous envoyer de l’information pertinente qui nous intéressera.

Lire la suite de «Au diable le web 2.0. Passons au m-commerce!»

Capazoo, ça vous dit quelque chose?

Ça fait plusieurs mois que je suis au courant du projet Capazoo. Et bien maintenant, ça semble lancé. C’est peut-être moi qui est dans une bulle, mais je n’en ai pas entendu parlé? Toujours est-il, le réseau social Québécois est là, en ligne, prêt à rentrer dans le gras de Facebook et compagnie.

Qu’est-ce que Capazoo? « The World’s Ultimate Social Life Networking and Entertainment Web Site ». Rien de moins! Moi, je suis le plus grand génie de tous les temps. Tant que personne ne me confronte, c’est vrai, non? Laissons le temps nous dire si cette affirmation est fondée.

Qui est derrière Capazoo? Je ne sais pas trop. C’est obscur. Mais c’est sûrement des gens avec le portefeuille bien épais. Développer pendant des mois un tel produit n’a rien à voir avec le bénévolat et deux types dans leur garage qui mange de la pizza froide.

Lire la suite de «Capazoo, ça vous dit quelque chose?»

Marketing de recherche (SEM) – Quelques idées

 

Mon pote Chris et ses vélos en titane sont une bonne source d’inspiration pour ce blogue d’affaires électroniques. C’est le cas typique d’un commerçant traditionnel qui veut utiliser les nouvelles technologies pour vendre et/ou accroître son marché. C’est aussi la preuve que faire de la pub dans les outils de recherche rapporte pour le commerce traditionnel.

Dans la plupart des cas de clients dont je m’occupe, il y a trois objectifs. Le premier, c’est de faire ressortir son produit à ses clients cibles. Le second, c’est de présenter une alternative à la concurrence. Et le 3e, c’est de faire prendre conscience de l’existence du produit. Trois cibles veulent donc dire trois messages différents. C’est important de bien le comprendre.

Pourquoi? Prenons des exemples :

– Client recherchant des vélos en titane
– Client recherchant des vélos en carbone, le matériel concurrent du titane
– Client recherchant des vélos milieu de gamme

À première vue, les recherches peuvent être semblables puisqu’elles portent sur le vélo. Mais il y a une nette différence entre rechercher « vélo », « vélo carbone » et  « vélo titane ». Ainsi, les messages selon ses recherches devraient être tout aussi différent :

Vélo

C’est tellement général, comment savoir ce qu’il cherche réellement? Une idée de message serait alors de dire « hey, savez-vous qu’on peut faire des vélos en titane? »

Lire la suite de «Marketing de recherche (SEM) – Quelques idées»