Pis toi, ça va ton elevator pitch?

dilbert-sales-pitch

J’ai bien aimé lire la discussion sur Les affaires et la réponse de Sylvain Carle à propos des « elevator pitch ».

Ce qui m’est tout de suite venu en tête? C’est un sujet intéressant pour une petite clique, comme débattre si Tim Tebow devrait jouer dans la NFL.

Perso, ça m’intéresse à moitié. Je ne suis pas un abonné aux milieux startups. Je crois plus à cogner aux portes et vendre mon produit que d’aller dans un 5 à 7 jaser avec des wannabe.

Je vois deux sortes d’elevator pitch. Ça se ressemble sur le fond, mais la finalité est différente.

Le premier, celui dont on entend parler dans les milieux startups. Le terme « elevator pitch » a probablement même remplacé « plan d’affaires » dans les 10-15 dernières années.

Tu ne peux pas être une startup cool sans avoir travaillé sur ton elevator pitch. Les 5 à 7, les événements, les cohortes de machin trucs d’investisseurs, etc. C’est le buzzword du moment.

Avant de te dire entrepreneur, t’es mieux de bosser sur ton elevator pitch mon pote. Même si tu sais pas c’est quoi, ça te prend un truc du genre « on fait un réseau social pour les albinos unijambistes qui épellent leur nom en rottant ».

On a pas de modèle d’affaires, mais apparemment que ce n’est pas important. #Not.

Le second, celui dont on entend moins parler, qui est moins trendy, fancy et qui ne permet pas de scorer avec les nanas au bar, mais qui représente le moteur de ton marketing, est l’USP, ou Unique Selling Proposition. Argument clé de vente en français.

Et bien oui, l’USP est un elevator pitch avec un nom moins sexy. L’USP doit répondre à cette question :

« Pourquoi je ferais des affaires avec toi au lieu de n’importe quelle autre alternative au monde, incluant celle de ne rien faire du tout? »

Et la réponse est :

« Nous aidons (clients cibles) à (résultats) en (solution). »

Par exemple pour DashThis: Nous aidons les agences Web à réduire le temps et les coûts associés aux rapports clients avec notre outil tout-en-un, conçu spécifiquement pour les gens de marketing.

Voilà. C’est un elevator pitch. Pas sexy pour deux cennes. Rien pour émoustiller la nana au bar. Encore moins pour que les VCs fassent la file pour nous donner leur fric.

Mais vous savez quoi? On s’en fout de tout ça.

La seule et unique chose qui est importante est que les agences Web qui ont un problème avec leur foutus rapports clients comprennent ce qu’on fait et soient convaincus que nous sommes LA solution pour eux.

Ils ont un problème, on a la solution. Ils nous donnent leur fric. Tout le monde est content.

C’est ça faire du business.

Pas un concours de qui est le meilleur pitcheur dans un ascenceur pour plaire à des gens dans un 5 à 7 qui ne deviendront jamais nos clients.

Et c’est ça le plus drôle : La grande majorité des entrepreneurs sont hors des réseaux glamour où on se gratte le dos mutuellement à se dire qu’on est dont bien bon dans un elevator pitch.

Non, ils sont dehors sur le terrain à vendre leur produits / services, comprendre le besoin du client, à tester et améliorer leur USP.

Bref, elevator pitch pour faire semblant d’être un entrepreneur? Bof, c’est comme mettre des lunettes soleil dans un bar pour avoir l’air cool. Mais elevator pitch pour convaincre un client de faire du business avec toi? Là tu parles.

📧 Reçois les prochains billets dans ton email! 👇